Rhumatologue - Définition et quand le consulter

Douleurs lombaires, blocages articulaires, douleurs diffuses… Que l’on soit jeune ou âgé, certains symptômes nécessitent une consultation chez le rhumatologue. Que soigne-t-il ? Quand faut-il consulter ? Faisons le point.

Quelles pathologies le rhumatologue prend-il en charge ?

La rhumatologie est la spécialité médicale qui s’intéresse au diagnostic, au traitement et au suivi des affections des os, de la colonne vertébrale, des articulations, des muscles, des tendons, des ligaments et des nerfs. Le rhumatologue est donc le spécialiste qui prend en charge les douleurs, gênes et handicaps liés à l’appareil locomoteur.

Le praticien intervient dans le traitement des douleurs et diminutions de mobilité qui ne sont pas liées à des traumatismes. Les pathologies prises en charge sont variées :

  • arthrose ;
  • spondylopathies (atteintes de la colonne vertébrale, notamment la spondylarthrite ankylosante) ;
  • ostéoporose ;
  • hernie discale ;
  • goutte ;
  • maladies auto-immunes (lupus, polyarthrite rhumatoïde, sclérose systémique, etc.) ;
  • fibromyalgie ;
  • sciatique ;
  • myosite ;
  • claquage musculaire ;
  • tendinites à répétition ; 
  • tumeurs osseuses, etc.

Le rhumatologue traite aussi bien les affections localisées que généralisées.

Quand faut-il consulter un rhumatologue ?

Pour que votre consultation chez le rhumatologue soit correctement remboursée par votre assurance maladie, vous devez respecter le parcours de soins coordonnés. Vous devrez donc être muni d’une ordonnance le jour de votre rendez-vous (hors consultation en urgence) afin d’être correctement remboursé par la sécurité sociale. 

C’est bien souvent le médecin généraliste qui oriente son patient vers un rhumatologue. Lorsque les douleurs résistent aux antalgiques habituels ou sont récurrentes, une prise en charge spécialisée devient nécessaire. Ainsi, n’hésitez pas à consulter si vous ressentez les symptômes suivants :

  • douleurs cervicales, dorsales ou lombaires ;
  • blocage au niveau de la colonne vertébrale ;
  • difficulté à attraper des objets ;
  • gonflement articulaire ;
  • douleurs articulaires diffuses ;
  • difficulté à marcher ;
  • tendinite rebelle.

Certains facteurs augmentent le risque de développer une pathologie du système locomoteur :

  • la pratique intensive du sport, notamment les activités traumatisantes pour les articulations ;
  • certains métiers qui imposent une gestuelle répétitive ;
  • l’âge (les personnes âgées sont plus concernées) ;
  • le fait d’être une femme, en particulier pour l’ostéoporose ;
  • la sédentarité ;
  • le surpoids.

Comment le rhumatologue exerce-t-il son activité ?

Le spécialiste en rhumatologie peut exercer en cabinet privé, au sein d’une clinique ou dans un centre hospitalier.

Lors de la première consultation, le rhumatologue cherche à connaître les habitudes de son patient afin de déterminer les causes éventuelles de sa pathologie. Il lui pose des questions précises sur ses différents symptômes : date et circonstances d’apparition, intensité de la gêne, etc. Il s’intéresse également à ses antécédents personnels et familiaux.

Le spécialiste analyse également les résultats des différents examens pratiqués en amont (radiographie, échographie, scanner, IRM, etc.).

Au moment de l’examen clinique, le rhumatologue vérifie les réflexes et la sensibilité de son patient. Dans certains cas, il peut être amené à demander des examens complémentaires comme un bilan sanguin, une ostéodensitométrie ou une arthroscopie.

Une fois la pathologie diagnostiquée, le praticien met en place un traitement. Selon l’affection dont souffre son patient, il peut réaliser ou prescrire certains actes techniques tels que :

  • une ponction / trituration articulaire ;
  • une infiltration échoguidée ;
  • une infiltration radioguidée ;
  • une biopsie articulaire ;
  • une cimentoplastie ;
  • une aponévrotomie, etc.

Avant votre consultation, pensez à rassembler vos différentes ordonnances et à vous renseigner quant aux éventuels antécédents au sein de votre famille. N’oubliez pas de regrouper les examens que votre médecin généraliste ou tout autre spécialiste a pu vous faire pratiquer. Le jour de votre rendez-vous, apportez tous les documents susceptibles d’aider le praticien à orienter son diagnostic.

Comment devenir rhumatologue ?

Le cursus universitaire de rhumatologie s’étale sur une période de 10 ans. 

Après avoir obtenu son baccalauréat, l’étudiant réalise la première année commune aux études de médecine (PACES) à l’issue de laquelle un concours lui donne accès au reste de la formation. La sixième année de tronc commun est sanctionnée par les épreuves classantes nationales (ECN). L’étudiant choisit alors sa spécialité parmi celles qui lui sont accessibles, en fonction de son classement.

L’internat de rhumatologie dure quatre ans. À la fin de sa formation, le médecin obtient un diplôme d’études spécialisées (DES) en rhumatologie puis soutient une thèse de recherche. Une fois titulaire de son diplôme d’État de docteur en médecine, il peut exercer son activité.

Voir les annonces médicales pour Rhumatologue

Candidat à des remplacements ?

Inscrivez-vous gratuitement dès aujourd'hui et recevez automatiquement des propositions de remplacements.

Créer mon profil Candidat