Orthopédiste - Définition et quand le consulter

Douleurs à l’épaule, entorse de la cheville, hernie discale, fracture, les raisons d’aller consulter un orthopédiste sont nombreuses ! Quelles pathologies peut-il prendre en charge ? Existe-t-il des facteurs de risque ? Comment se déroule une consultation ? Faisons le point sur cette spécialité médicale.

Quel est le rôle de l’orthopédiste ?

L’orthopédie est une spécialité médicale qui assure la prévention, le diagnostic et le traitement médical et chirurgical des pathologies du système locomoteur. Le chirurgien orthopédiste prend donc en charge les affections liées au squelette (os et articulations) ainsi qu’aux tissus mous afférents (muscles, cartilages, tendons, ligaments et nerfs). Ces affections peuvent résulter d’un traumatisme, d’une maladie ou d’une malformation congénitale.

Selon les pathologies, le spécialiste est amené à :

  • poser des prothèses articulaires (hanche, genou, pied, etc.) ;
  • pratiquer des arthrodèses (fusion de plusieurs articulations entre elles) ;
  • réduire des fractures (réaligner les os) ;
  • prescrire des orthèses (genouillères, attelles, semelles orthopédiques, etc.) ;
  • réparer des tendons ;
  • retirer des tumeurs ;
  • etc.

Le chirurgien orthopédiste peut également réaliser des amputations lorsqu’un membre est trop abîmé. C’est notamment le cas lors de traumatismes importants ou de blessures aux pieds de patients diabétiques.

Pourquoi consulter un orthopédiste ?

Pour que la consultation chez le chirurgien orthopédiste soit prise en charge par la sécurité sociale, il convient de respecter le parcours de soins coordonné. C’est donc le médecin traitant, le service des urgences ou un autre spécialiste qui doit adresser le patient chez l’orthopédiste. Cette règle est valable pour les patients âgés de 16 ans et plus.

Les motifs de consultations sont variés, mais les plus fréquents sont les suivants :

  • arthrose ;
  • syndrome du canal carpien ;
  • déviation articulaire (hallux valgus, genu valgum) 
  • entorse ;
  • tendinite ;
  • rupture tendineuse ou ligamentaire ;
  • fracture ;
  • luxation (épaule, genou, hanche, etc.) ;
  • scoliose (déviation sinueuse de la colonne vertébrale) ;
  • hypercyphose (exagération de la courbure dorsale) ;
  • hyperlordose (exagération de la courbure cervicale ou lombaire) ;
  • hernie discale ;
  • tumeur osseuse.

Il existe différents facteurs qui peuvent amplifier le risque de développer une pathologie orthopédique :

  • la pratique d’un sport à risque : ski, équitation, sport motorisé, etc. ;
  • l’âge : les personnes âgées sont plus touchées que les jeunes ;
  • le surpoids ;
  • la sédentarité ;
  • les antécédents familiaux en ce qui concerne certaines pathologies telles que la dysplasie de hanche, par exemple.

     

Comment travaille l’orthopédiste ?

Le chirurgien orthopédiste peut exercer en clinique privée ou dans un hôpital. Ses journées sont partagées entre les consultations de ses patients et les interventions chirurgicales au bloc opératoire. S’il travaille au sein d’un centre hospitalier universitaire, il peut également être amené à dispenser des cours aux étudiants.

Lors d’une consultation, l’orthopédiste procède à l’interrogatoire de son patient. Il prend note de ses symptômes, lui demande quels sont ses antécédents personnels et familiaux puis il analyse les résultats des différents examens déjà pratiqués (radiographies, échographies, scanners, IRM, scintigraphies, etc.). 

Il arrive que des examens complémentaires soient nécessaires à l’établissement du bilan préopératoire. Dans ce cas, le patient doit prendre un nouveau rendez-vous afin que le chirurgien puisse lui indiquer clairement quelles sont les options qui s’offrent à lui.

Si l’acte chirurgical est indiqué, le déroulement de l’opération ainsi que les risques et les bénéfices sont expliqués au patient pour que celui-ci puisse donner son consentement éclairé. La date de l’intervention est alors fixée. Le chirurgien assurera, par la suite, le suivi postopératoire.

Comment devenir orthopédiste ?

Le parcours universitaire du chirurgien orthopédiste est relativement long. Après le baccalauréat, l’étudiant doit s’orienter vers la première année commune aux études de médecine (PACES) à l’issue de laquelle il doit passer un concours qui, en cas de réussite, lui donnera accès au reste du cursus.

Les cinq années suivantes sont partagées entre enseignements universitaires et stages dans différents services hospitaliers. À la fin de la sixième année, l’étudiant passe les épreuves classantes nationales (ECN). Si son classement le lui permet, il peut choisir la spécialité chirurgie et s’engage alors dans sa période d’internat pour les cinq années suivantes.

À l’issue de l’internat, l’étudiant obtient son diplôme d’études spécialisées (DES) en chirurgie qu’il devra compléter par trois années de spécialisation en chirurgie orthopédique. Une fois son diplôme d’études spécialisées complémentaires (DESC) en poche, il lui faudra soutenir une thèse de recherche pour enfin obtenir son diplôme d’État de docteur en médecine et pouvoir exercer sa profession.

Voir les annonces médicales pour Orthopédiste

Candidat à des remplacements ?

Inscrivez-vous gratuitement dès aujourd'hui et recevez automatiquement des propositions de remplacements.

Créer mon profil Candidat